Qui était Anna de Noailles ?

Née à Paris, descendante des familles de boyards roumains Bibescu et Craioveºti de Roumanie, elle est la fille du prince Grigore Bibescu-Basarab, fils du prince valaque Gheorghe Bibescu et de la princesse Zoe Brâncoveanu. Sa mère est la célèbre pianiste grecque Raluca (Rachel) Moussouros, à qui le compositeur Ignacy Paderewski dédia nombre de ses compositions.

En 1897, elle épouse Mathieu de Noailles (1873-1942), quatrième fils du septième duc de Noailles. Le couple fait partie de la haute société parisienne de l’époque. Ils n’auront qu’un fils, le comte Anne Jules de Noailles (1900-1979).

Anna de Noailles écrit trois romans, une autobiographie et un grand nombre de poèmes. Son lyrisme passionné s’exalte dans une œuvre qui développe, d’une manière très personnelle, les grands thèmes de l’amour, de la nature et de la mort. Au début du XXe siècle, son salon de l’avenue Hoche attire l’élite intellectuelle, littéraire et artistique de l’époque parmi lesquels Francis Jammes, Paul Claudel, Colette, André Gide, Frédéric Mistral, Robert de Montesquiou, Paul Valéry, Jean Cocteau, Alphonse Daudet, Pierre Loti, Paul Hervieu ou encore Max Jacob.

En 1904, avec d’autres femmes telles que Mme Alphonse Daudet et Judith Gautier (la fille de Théophile Gautier), Anna de Noailles créa le prix “Vie Heureuse”, issu de la revue du même nom, qui deviendra plus tard le prix Fémina, récompensant la meilleure œuvre française écrite en prose ou en poésie.

 

Ses œuvres :

Le Cœur innombrable (1901)

L’Ombre des jours (1902)

La Nouvelle Espérance (1903)

Le Visage émerveillé (1904)

La Domination (1905)

Les Éblouissements (1907)

Les Vivants et les morts (1913)

De la rive d’Europe à la rive d’Asie (1913)

Les Forces éternelles (1920)

À Rudyard Kipling (1921)

Discours à l’Académie belge (1922)

Les Innocentes, ou la Sagesse des femmes (1923)

Poème de l’amour (1924)

Passions et vanités (1926)

L’Honneur de souffrir (1927)

Poèmes d’enfance (1929)

Choix de poésies (1930)

Le Livre de ma vie (1932)

Derniers Vers (1933)

Derniers Vers et Poèmes d’enfance (1934)

Source Wikipedia

 

Mis en ligne en 2008