Le premier mai : pourquoi ?

Le premier mai est un jour férié. C’est la fête du travail.

Depuis 1947, le 1er mai est un jour chômé et payé en France.

Traditionnellement, ce jour est consacré aux défilés des syndicats dans les grandes villes. C’est aussi un jour de fête pour le muguet, car la tradition populaire veut qu’on offre un brin de muguet comme porte-bonheur.

Origines du premier mai.

La fête du travail.

Fabre d'Eglantine

1793, le 24 octobre, dans son rapport sur le calendrier lu à la Convention, Fabre d’Eglantine institue une fête du travail, le 19 septembre.

Saint-Just, dans les institutions républicaines, établit des fêtes publiques le 1er de chaque mois.

La fête du travail aura lieu le 1er pluviôse (20 ou 30 janvier).

1848, la Convention institue une fête du travail dans les colonies pour effacer les dégradations dues à l’esclavage, elle est fixée au 4 mars (abolition de l’esclavage en France et dans les colonies).

1947, le 29 avril : le 1er mai est déclaré jour chômé et payé (donc, légalement, il n’existe pas de fête du travail en France, mais un jour férié).

Le muguet du premier mai

Le 1er mai, c’est aussi la fête du muguet cueilli en forêt en famille. C’est un porte-bonheur car c’est la fleur qui symbolise le BONHEUR.

En 1890, lors du 1er mai, les manifestants portent un petit triangle rouge, symbole de la division de la journée de travail en “trois huit” : travail, sommeil, loisirs.

Plus tard, ils fleuriront leurs boutonnières d’églantines, symbole de la foi en la Révolution et fleur traditionnelle du nord de la France (d’où le nom donné aux socialistes vers 1900 : les églantinards).

1907, lors du 1er mai, le muguet, fleur traditionnelle de l’Ile-de-France (Chaville, Meudon), apparait.

1936, au 1er mai, on vend des bouquets de muguet cravatés de rouge.

Mis en ligne en 2008