La culture du colza

Colza : la culture aux nombreux avantages

Le colza, largement reconnu pour ses avantages agronomiques, est désormais considéré comme une « culture d’équilibre » :

- du point de vue agronomique, c’est une tête d’assolement essentielle pour le blé et elle est même devenue incontournable dans certaines régions, notamment dans les petites terres à cailloux.

- du point de vue de l’organisation des travaux agricoles, production et collecte, la culture du colza optimise la répartition des temps de travaux et limite les risques.

- du point de vue environnemental, la culture du colza permet de restructurer les sols et la plante peut jouer un rôle de pompe à nitrates et contribuer au respect de la qualité de l’eau.

- du point de vue des paysages enfin, la présence de colza contribue à la beauté de nos campagnes… surtout au printemps.

La culture du colza reste particulièrement évolutive grâce au progrès de la recherche en agronomie et en génétique. L’intérêt croissant des agriculteurs pour cette production et le dynamisme des travaux de recherche ont permis d’adapter cette plante aux besoins de l’agriculture du XXIème siècle : c’est-à-dire une culture rentable dans le cadre d’une agriculture raisonnée et durable.

 

Du colza pour faire plus de blé !

Si dans le cas du maïs, des années de productions “maïs sur maïs” n’ont pas l’air d’affecter les rendements, il n’en est pas de même pour les céréales à paille et la marge brute dégagée par le blé est fonction de la tête d’assolement. Ainsi, des résultats des études « Diagnostics Opticoop Blé tendre », réalisées par la coopérative Epicentre sur 672 parcelles entre 1995 et 1999, montrent qu’un blé cultivé derrière un colza présente un meilleur rendement et une plus forte rentabilité.

 

Un enracinement profond

Cette espèce est née d’un parent « navette » qui lui a transmis une racine pivotante capable de s’enfoncer profondément dans le sol. Quand on sait qu’une racine de colza peut descendre jusqu’à une profondeur de plus d’un mètre on comprend mieux les aspects très bénéfiques du colza :

- Il agit en profondeur et il est capable de remonter en surface des éléments minéraux tels que les nitrates.

- Il a un fort pouvoir de récupération. Même si le climat est sec, il est capable de s’alimenter en eau en profondeur. Quand les conditions climatiques sont défavorables à certaines périodes (à la floraison par exemple) il est capable de compenser en fin de cycle en multipliant ses ramifications ou en augmentant la masse de ses graines.

 

Un cycle de végétation extrêmement long : de 10 à 11 mois

Cette durée de cycle donne au colza le temps… de prendre son temps ! Il assure ainsi une bonne couverture du sol presque toute l’année.

- Semé durant l’été, il a une forte croissance au départ lui permettant de valoriser les éléments minéraux.

- Récolté en début d’été, le colza n’a pas besoin d’eau pendant la période estivale.

- De plus, les sols étant relativement secs au moment de la récolte, ils sont moins susceptibles d’être tassés.

 

On en fait quoi ?

Le colza est, avec le tournesol et l’olivier, l’une des trois principales sources d’huile végétale en Europe.

Il existe différents types de colza :

- Le colza oléagineux dont les variétés d’hiver sont les plus cultivées. Les graines sont récoltées les plus sèches possible.

- Le colza fourrager est beaucoup moins cultivé.

 

Mis en ligne le 2 avril 2009